citadelle de Blaye (Gironde)

septembre 2019
150 kilos de peinture - 28 participants

Aux portes de l’ocre dans la citadelle de Blaye.

L’association Terres et Couleurs est venue embellir les portes monumentales de la citadelle de Blaye. Un chantier de quelques heures seulement mené à bien avec l’aide d’une trentaine de bénévoles de la structure. 

Il est 10h, les marmites sont déjà en train de chauffer. Tous les bénévoles de l’association Terres et Couleurs sont déjà à pied d’œuvre pour commencer la rénovation des portes monumentales de la citadelle avec de la peinture à l’ocre. La mixture est élaborée sur place en 30 minutes à peine. Chaque peintre de l’équipe repart avec son seau et ses pinceaux pour poser les premiers traits de peinture sur les bois fraîchement décapés.

Un jour, un chantier


Les portes de la citadelle sont d’époque et datent du XVIIe siècle. Les boiseries ont été préparées préalablement par un ponçage doux nécessaire à la bonne accroche de la peinture. Avec l’aide et l’accord de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), le choix de la couleur s’est porté sur une ocre rouge.
Sur certains volets, la première couche a servi d’impression, la deuxième sera la finition. L’une des bénévoles nous confiera que le bois « en avait besoin, on sent qu’il avait soif »… C’est dans cette énergie-la et dans une ambiance très détendue que toute l’équipe de passionnés s’affaire à nourrir consciencieusement les boiseries historiques de la citadelle.
Félicien Carli, président de Terres et Couleurs, dirige et synchronise d’une main experte tous les postes du chantier. Pour les cinq portes monumentales, des échafaudages sont érigés pour avoir accès à leur sommet. En 2h30, la première couche est posée, l’équipe va se restaurer et reprendre l’énergie pour passer la deuxième et dernière couche dans l’après-midi.

L’ocre, une merveille de la nature


L’ocre, une terre argileuse fossile chargée d’oxyde de fer, est extraite dans des carrières partout dans le monde et il reste encore en France des sites d’extraction dans le Vaucluse, la Nièvre et les Ardennes. L’association Terres et Couleurs fait la promotion des derniers producteurs car « une carrière qui ferme, c’est une couleur de perdue ».
La recette de la peinture utilisée pour les boiseries de la citadelle vient de Suède et a plus de 400 ans. Dans les ingrédients, tout est naturel: farine, eau, ocre, huile de lin, savon de Marseille. En une heure, la peinture est sèche et l’on peut effectuer le deuxième passage. Elle est « élastique » et laisse respirer le bois. Complètement opaque, l’ocre protège le support des rayons ultraviolets et conserve sa teinte dans le temps. Cette préparation revient quinze fois moins cher qu’une peinture chimique achetée dans le commerce qui de surcroît contient des solvants organiques, des résines, des composés organiques volatils (COV) ainsi que des métaux lourds. Bien de quoi nous dissuader de fréquenter les magasins de bricolage!

La tradition au service de l’avenir


Sur le chantier, l’association Terres et Couleurs ne manque pas d’informer les nombreux visiteurs et touristes sur cette technique. Un stand est à disposition avec des pigments bruts, de la documentation et des conseils. Le particulier peut ainsi réaliser simplement chez lui cette fameuse peinture à l’ocre, enduit à la chaux ou badigeon. La structure propose depuis plus de 20 ans ses services aux communes ce qui représente 430 chantiers, 15 villages repeints dans toute la France et près de 8 tonnes de peinture appliquée.
Félicien Carli et son équipe ne manquent pas de projets. Il nous avouera même avoir posé des jalons pour partager son savoir-faire avec « une petite île de la Méditerranée » prochainement.

Haute Gironde - 20 septembre 2019
Claude Clin.

Article de presse à télécharger (pdf)

JT 12/13 de France 3 le 15 septembre 2019

Haute Gironde, 14 septembre 2019